8ème atelier de partage TUSI

Date :  15.02.2024, 19h30-21h00 heure de l’hexagone   

Participants: 11 personnes connectées, dont 4 membres du bureau de TUSI ; 5 médecins, 2 psychologues, 2 infirmières ; venant de la Guyane, de Tahiti, de Martinique, de Guadeloupe et de l’Hexagone.

Sujet: LE SOIGNANT FACE AU DESESPOIR DES JEUNES DANS LES TERRITOIRES D’OUTREMER
Conférencière : Mme Marianne Pradem Sarinic,  Docteur Anthropologie sociale EHESS Paris

  1. Introduction :

Présentation de la conférencière et présentation de chacun, et rappel de l’objectif des webinars mensuels de TUSI : partager les expériences sur différents sujets, créer une communauté et partager des documents concernant la pratique médicale insulaire; être un espace d’échanges libres.

2. Conférence sur les défis de la pratique des soins dans les territoires isolés de la Guyane (synthèse):

La conférencière décrit le pays et ses caractéristiques géographiques et ses populations autochtones en difficulté économique, ainsi que le défi de scolariser les enfants dans ce contexte géographique et économique. Les populations autochtones et bushininguais sont confrontées à des problèmes de santé mentale, tels que le suicide, qui sont mal compris et mal pris en charge.

Elle décrit les conditions de travail difficiles des soignants en Guyane, notamment dans les zones éloignées, avec la nécessité de voyager en pirogue et de transporter les dossiers des patients dans des conditions précaires. Les soignants doivent faire face à des défis liés aux différentes cultures et langues présentes sur le territoire guyanais. Ils travaillent souvent dans des conditions précaires avec peu de moyens.

La relation entre les soignants et les patients est complexe et nécessite l’intervention de médiateurs culturels pour faciliter la communication. Le manque d’infrastructures adéquates rend également difficile l’accès aux soins pour certaines populations.

Mme Pradem termine sa présentation en soulignant la beauté du monde dans lequel exercent les soignants de la Guyane d’un côté, et de l’autre côté la turbulence dans laquelle ils se trouvent.

3. Partage d’expériences et questions des participants par suite de la conférence

La présentation suscite une discussion sur la compréhension des passages à l’acte suicidaires, notamment chez les jeunes – une génération qui souvent voit le suicide comme solution. Les intervenants soulignent le besoin de mieux comprendre et caractériser ces actes, ainsi que d’établir un dialogue avec les populations locales pour évaluer les risques. Ils mettent en avant l’importance de former les soignants à l’ethnopsychiatrie et à la culture locale pour améliorer la prise en charge. Certains participants soulèvent également la question du vol de territoires et son impact sur la santé mentale des communautés autochtones.

L’idée d’une formation spécifique pour les professionnels allant travailler dans ces territoires isolés est mentionnée comme une piste à explorer. Cela pourrait réunir tous les éléments de la formation nécessaire, au-delà de la formation de base en médecine, tels que : des éléments historiques, anthropologiques, de pharmacopée, d’ethno pharmacie etc. Il s’agirait de faire un programme d’enseignement qui pourrait presque se faire en hybride, avec quelques cours magistraux, mais surtout beaucoup de visions pour pouvoir attirer du monde d’un peu partout, mais avec l’idée d’un programme qui revient à la fois sur l’histoire des territoires, leur occupation, ce qui reste encore comme tradition implantée, la manière dont se côtoient les systèmes, et puis en gros les erreurs à ne pas commettre, mais qui serait surtout bon pour les soignants.

L’objectif serait de bien les informer et d’avoir une manière opérationnelle pour, dès leur arrivée, pouvoir entrer en contact avec des personnes qui pourront les instruire localement sur les notions à apprendre le plus tôt possible, afin d’augmenter l’efficacité de leur intervention.  

La notion de l’accueil des arrivants et transmission de savoir entre les soignants en milieu isolé

fera l’objet d’une séance de partage d’expériences dans le programme 2024 de TUSI.

4. Clôture

Le Pr Louis Jehel clôture la réunion en remerciant Mme Marianne Pradem d’avoir fait l’effort de préparer et de nous donner ce cadeau partagé, avec la finesse de son savoir et la délicatesse avec laquelle elle a partagé cette complexité et cette souffrance aussi.

Merci à tous pour la discussion et les idées échangées. Celles-ci sont des messages d’espoir aussi avec ce qu’on peut être capable de faire avec les outils de l’université, de TUSI, d’autres partenaires, pour apporter du mieux-être à tous nos amis et professionnels qui s’engagent sur ces beaux territoires.

5. Prochain atelier de partage 

Le 9ème atelier de partage aura lieu le jeudi 21 mars 2024 à 19h30 heure de l’hexagone et se déroulera autour du sujet suivant :

PREVENTION ET PRISE EN CHARGE DES ADDICTIONS DANS UN TERRITOIRE ISOLE

         =>  Conférencier : Dr Jean-Michel Sigward, psychiatre et addictologue       

         => Partage d’expériences

  Le lien zoom pour accéder à l’atelier de partage mensuel (attention, nouveau lien !):     https://us06web.zoom.us/j/4858850041?pwd=5wk52dNFDYwybzJircLalkhWPht0h8.1

6. La suite

TUSI encourage tous les participants à activer tous leurs contacts. Avec un site LinkedIn ouvert et un site web en ligne, nous voulons nous concentrer 100% sur la fédération des professionnels de la santé des îles autour du notre projet. N’hésitez pas alors à partager les infos sur TUSI avec vos contacts professionnels :

Site web TUSI :     www.soignantsdesiles.org

Linked In TUSI :    Trait d’Union Soignants des Iles TUSI: Overview | LinkedIn

Facebook TUSI :    Trait d’Union Santé des Îles -TUSI

Le lien zoom pour accéder à l’atelier de partage mensuel : https://us06web.zoom.us/j/4858850041?pwd=5wk52dNFDYwybzJircLalkhWPht0h8.1


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.